• <Libellé inconnu>,

Appel à communication Littérature et architecture - « Le Corbusier, l’art de se loger et de le dire. »

Publié le 24 février 2016 Mis à jour le 25 mars 2016

Les projets de communication sont à adresser avant le 20 avril 2015.

Date(s)

le 20 avril 2015

Lieu(x)
Université Paris-Ouest Nanterre La Défense

Institut National d'Histoire des Arts (INHA)
6 rue des Petits Champs, 75002 Paris


Colloque International

 

« Le Corbusier, l’art de se loger et de le dire »

Paris (INHA, salle Vasari), les 3 et 4 décembre 2015

 

Ce colloque du cinquantenaire de la mort de Le Corbusier inaugure un nouveau cycle de trois colloques interdisciplinaires sur les rapports entre l’architecture, la littérature et l’urbanisme. Le premier colloque de ce cycle portera sur l’architecture des espaces habités projetés et construits par Charles-Édouard Jeanneret sous le pseudonyme de Le Corbusier, en interrogeant les fondements rationalistes, architectoniques et esthétiques de son architecture. Plusieurs orientations seront privilégiées afin d’étudier la conception de ces espaces de logements et la manière dont ils ont été conçus et perçus en prenant en compte les médiations artistiques qui ont contribué à l’évolution de la pensée de l’architecture corbuséenne et de sa pratique. On s’interrogera sur le statut des nombreux écrits de l’architecte qui ont accompagné son œuvre architecturale. Entre écrits théoriques et manifestes, entre pamphlet et réflexion approfondie, les écrits de Le Corbusier n’ont pas qu’escorté son œuvre mais l’ont aussi anticipée.

 

L’architecture des espaces d’habitation

On s’intéressera aux différents types de maison (maison Dom-Ino, maison Citrohan, maisons d’artistes, de villégiature, d’ouvriers, projets de maison en série, de villas, d’immeubles-villas…), mais aussi aux unités d’habitation, aux modalités de leur construction (ossature, matériaux (béton brut, verre, métal…), volume…), à leurs conséquences sur leur composition interne (alvéoles, modules géométriques, cellules d’habitation…), à l’harmonie ou à la dysharmonie architecturale des dispositifs spatiaux (espaces de circulation, d’habitation, niveaux, formes, ouvertures), à leur variation chromatique… en étant attentif à l’évolution du langage architectural de Le Corbusier.

Quelles ont été les influences architecturales et plastiques de Le Corbusier ? En quoi son regard sur l’architecture contemporaine et sur l’art moderne a-t-il influencé sa conception du logement (De Stijl, Mondrian, Picasso, Léger…) ? Quelles conséquences sa pratique des arts (dessin, peinture, collage, sculpture, tapisserie, photographie) a t-elle sur sa conception architectonique et esthétique du logement (ripolinage, papiers peints, fresques, symboles…) ? Il ne s’agira pas simplement de relever des analogies formelles entre les arts mais de souligner l’interaction entre sa pratique artistique, sa pensée de l’architecture exprimée sous la forme du poème, de l’essai, du montage des textes et des images, et sa pratique d’architecte (ouvertures, surfaces, contrastes plastiques, lumière…). À quel type de dispositif s’apparente la scénographie du logement corbuséen (pictural, sculptural, machinique…) ?

 

Le design corbuséen

On s’intéressera également à la conception de ces espaces intérieurs, à leur décoration projetée (esquisse, dessins en perspective) ou réalisée comme en témoignent les photographies, les objets artistiques (peintures, sculptures, tapisseries), les tentatives de production d’un mobilier standardisé (chaises, meubles…), les objets fonctionnels et usuels associés aux espaces d’habitation modèle ou d’exposition (pavillon de l’Esprit Nouveau…) et à leur interaction formelle et matérielle avec l’espace habité (homogénéité, hétérogénéité, hétérotopie…). La peinture de Le Corbusier peut-elle être considérée comme le lieu d’expérimentation de cette culture de l’objet ? Dans quelles mesures l’aménagement intérieur des espaces habités relève-t-il d’une expression esthétique nouvelle ? Comment la littérature et plus particulièrement la poésie et le roman ont-ils (re)présenté ce renouveau architectural et urbanistique ? Sous quelle(s) forme(s) ? Le développement du design et de l’industrie ont-ils favorisé la commercialisation de ce type d’ameublement intérieur ? À quelles fins ?

 

Création architecturale, utopie urbanistique, sociale et politique

On s’intéressera enfin à la manière dont Le Corbusier présente dans ses écrits, ses dessins, ses carnets, ses lettres, ses photographies, et plus généralement ses nombreux livres, les espaces intérieurs. On étudiera leurs liens avec le cadre urbain, l’originalité de leur conception et la manière dont ils permettent de définir un nouvel art de vivre et génère une autre forme de vie sociale. On examinera les descriptions de ces espaces intérieurs dans les écrits de Le Corbusier (études, chartre…) ainsi que dans ses correspondances ou ses articles de presse. Les monographies récemment publiées permettront de mesurer la part de mise en scène de Le Corbusier par lui-même à l’intérieur de ces espaces. On s’interrogera sur le rôle que jouent les formes humaines ou la métaphore physiologique dans la conception anthropométrique de l’architecture corbuséenne et dans sa représentation. On questionnera la dimension utopique de ces analogies et la postérité de son œuvre.

 

Le logement corbuséen aujourd’hui

Que reste t-il des logements privés ou des unités d’habitation construits par Le Corbusier ? Quelles furent les raisons du succès ou de l’échec de leur commercialisation ? Comment ont-ils traversé le XXe siècle ? L’usage et le temps les ont-t-ils transformés ? Quelles sont les difficultés de leur conservation, de leur restauration ? Comment cette architecture habitée est-elle aujourd’hui perçue ? Dans quelles mesures sa typo-morphologie a-t-elle influencé de nouvelles opérations d’urbanisme dans la seconde moitié du XXe siècle ? Quelle(s) forme(s), quelle(s) pensée(s), quelle(s) pratique(s) de l’habitat Le Corbusier a-t-il transmis ?

Architectes, urbanistes, universitaires, historiens de l’art, décorateurs, écrivains, sont conviés à nourrir cette réflexion sur les interactions entre l’architecture, la littérature et l’urbanisme. Le colloque se déroulera à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), 6 rue des Petits Champs, 75002, Paris. 

Le colloque est organisé par Pierre Hyppolite (EA 1586, Centre des Sciences des Littératures en langue Française) et Marc Perelman (EA 4414, Histoire des Arts et des Représentations), tous deux membres de l’équipe « Littérature et architecture » de l’axe « Interférences de la littérature » de l’Université Paris-Ouest Nanterre la Défense.


Lien direct :

http://cslf.u-paris10.fr/cdr-cslf/axes-et-equipes/litterature-et-architecture-521374.kjsp

Les propositions de contribution sont à envoyer par courriel avant le 20 avril 2015, aux adresses suivantes : pierre.hyppolite@u-paris10.fr et marc.perelman@u-paris10.fr. (Ne pas dépasser les 3000 signes.) Les réponses aux propositions seront transmises début mai 2015.


Retourner aux programmes de recherche

Partenaires :

Mis à jour le 25 mars 2016