Lire, Commenter, Réécrire aux siècles classiques

Responsable : Guillaume Peureux

Les activités du séminaire de ces quatre dernières années ont abouti à la préparation d’une anthologie de pratiques « commentantes » sur une période étendue que l’on peut désigner comme la première modernité – de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Le regard se porte sur une zone grise, située à mi-chemin entre création et réception. Cette anthologie est en cours d’édition au Presses de l’Université Paris Nanterre.

Le séminaire lance un nouveau projet collectif autour de ce que l’on pourrait nommer des coïncidences gênantes, c’est-à-dire la coexistence dans le temps d’écrits semblant par leur forme ou leur inspiration appartenir à des moments différents. La démarche pourra consister à interroger des œuvres qui apparaissent comme décalées par rapport à leur époque, anachroniques ; ou encore, à examiner plusieurs productions contemporaines, sur une année par exemple, en s’interrogeant sur les possibles écarts qui peuvent être observés. Nous interrogerons ainsi le rapport des œuvres à l’histoire littéraire. Que penser du fait qu’une œuvre échappe à l’évolution généralement admise ? Les œuvres en retard sur leur époque, si gênantes lorsque l’on cherche à établir une trame évolutive, sont-elles à remiser du côté des étrangetés, des productions secondaires, à l’inverse des œuvres « visionnaires », qui ont la fortune d’anticiper sur des mouvements culturels ? Ou bien remettent-elles en cause la pertinence du récit historique, lorsqu’il trace des cheminements continus, et passe sous silence des circonstances déterminantes dans la production culturelle : différences nationales, y compris au sein d’une même sphère linguistique, régionalismes, adresses à un public particulier, idéologies, ou esthétiques personnelles divergentes. Il s’agira en somme d’observer de près ce que l’on a plutôt tendance à mettre de côté habituellement, soit des œuvres entières, soit certains aspects d’une œuvre. On pourra interroger aussi bien des écrits restés confidentiels que des œuvres de grande répercussion, soit qu’elles aient connu un succès important en leur époque avant d’être remisées dans les coulisses de l’histoire littéraire, considérées comme mièvres ou populaires par exemple, soit au contraire qu’elles n’aient touché que des happy few à leur époque mais soient considérées aujourd’hui comme des productions majeures.

Les séances de l’automne seront consacrées à des travaux collectifs (lectures et discussions, brèves présentations et discussions).

Les lectures seront adressées par les responsables de séances aux membres permanents du séminaire.

Si vous souhaitez faire ces lectures et participer aux discussions, contactez directement les responsables des séances (adresses sur les pages personnelles).

Mis à jour le 24 septembre 2018