• Appel à candidatures (recherche),

Appel à communication - Littérature et architecture - « La Chambre. »

Publié le 20 avril 2018 Mis à jour le 20 avril 2018

Les projets de communication sont à adresser avant le 15 mai 2018.

Date(s)

le 15 mai 2018

Lieu(x)
Université Paris Nanterre

Colloque International

« La Chambre »

   Paris Nanterre, le 18 et 19 octobre 2018
 

Ce colloque interdisciplinaire porte sur un espace d’habitation. Plusieurs axes d’étude seront privilégiés afin de prendre en compte sa dimension architecturale, littéraire et esthétique qui font de ce lieu de vie un espace aux croisements de l’architecture, de la littérature et des arts.

Un espace architectural

La chambre, lieu de la naissance, du sommeil, de la rêverie, de l’intimité et de l’agonie mais aussi chambre d’étude, des cartes, d’écriture, des merveilles, à l’image de la vaste typologie et lexicologie des chambres, est un espace architectural spécifique qui renoue avec le motif de « l’Arkhè » et du « Tektôn ». La chambre est un lieu fonctionnel, à structure variable, le lieu du repos, du plaisir, de la réflexion et de la représentation du monde. On s’intéressera aux différentes modalités de sa disposition, de son organisation, de sa décoration. La codification et le dispositif géométrique de la clôture de la chambre (forme, volume, matériau, couleur, lumière…) en fait un espace fermé et/ou ouvert, vide ou plein, associé à une boîte noire ou à « une chambre claire » où adviennent les images mentales. Quelle est la place de l’espace de la chambre dans la théorie de l’architecture ? Si cet espace renvoie à celui de la camera obscura, c’est aussi un lieu de pouvoir (la chambre du roi, de consignation, d’exécution, d’extermination), de contestation et distanciation politique. Habiter une chambre serait lié à une (dis)position (Les Pensées de Pascal, « Divertissement », 1670) qui interroge l’architecture. Comment passe-t-on du dedans au dehors, de la topologie à la topographie ?

 « Un espace littéraire »

 La chambre est un espace d’écriture qui excède ses contours et questionne notre rapport à l’architecture et à l’imaginaire. Christine de Pizan écrit dans sa chambre (1407), Oblomov y passe son temps (1859), Xavier de Maistre Voyage autour de (s)a chambre (1794). Les chambres de La Recherche du temps perdu sont des chambres de la mémoire. Virginia Wolf (1929) souligne la nécessité d’avoir une Chambre à soi (1929) pour se construire. Grand Hôtel de Vicky Baum (1929), la chambre de Joë Bousquet, de Malone meurt de Samuel Beckett (1951), de Thomas Clerc (Intérieur, 2013) sont des lieux d’introspection et des chambres de fiction. Les chambres de Suite à L’hôtel Crystal (2004) d’Olivier Rolin, Rooms (2006) sont des chambres de voyages. On pourrait multiplier les exemples qui font de la chambre un chez soi ou un lieu temporaire, un lieu de poésie, de récit, de dramaturgie propice à la comédie, au drame bourgeois, à la tragédie, « aux scènes de chambres ». La chambre est aussi un espace de lecture. Qu’est-ce que lire une chambre s’interroge Bachelard dans La Poétique de l’espace ?

 « Chambres à part »

 Les chambres littéraires ont toutes un rapport avec des images architecturales et artistiques. La chambre, espace ainsi « sacralisé », est le lieu de multiples re-présentations et inventions : picturales (Jan van Eyck, Hopper…) sculpturales (Rachel Whiteread, Denis Pondruel…), photo et vidéographiques (Alix Cléo Roudaud, Cindy Sherman, Lucy Gunning …), cinématographiques, ou le lieu de compositions et d’installations éphémères, intimes et extimes, (Sophie Calle, Les Dormeurs (1979, 2001), L’Hôtel (1981), La Tour Eiffel (2002), James Turrel…). On interrogera les caractéristiques de ces dispositifs en s’intéressant plus spécifiquement à l’interaction entre le corps et l’architecture qu’engagent l’observation, l’habitation, la représentation et la performance artistique, leurs enjeux esthétiques, éthiques, politiques.

Le colloque est organisé par Pierre Hyppolite (EA 1586, Centre des Sciences des Littératures en langue Française, ILAM), Marc Perelman (EA 4414, Histoire des Arts et des Représentations), Thomas Clerc de l’équipe « Littérature et architecture » de l’axe « Interférences de la littérature, des Arts et des Médias » de l’Université Paris Nanterre.


Lien direct :

http://cslf.parisnanterre.fr/cdr-cslf/axes-et-equipes/litterature-et-architecture-521374.kjsp

Les propositions de contribution sont à envoyer par courriel avant le 15 mai 2018, aux adresses suivantes : pierre.hyppolite@parisnanterre.fr et editions-passion@wanadoo.fr. (Ne pas dépasser les 3000 signes.) Les réponses aux propositions seront transmises début juin 2018.

Partenaires :

Mis à jour le 20 avril 2018