• Appel à candidatures (recherche),

Appel à communication - Journée du Centenaire Zévaco

Publié le 18 mai 2018 Mis à jour le 18 mai 2018

Les projets de communication sont à adresser avant le 15 juin 2018.

Date(s)

le 15 juin 2018

La journée d’étude aura lieu le vendredi 23 novembre 2018 à l’Université Paris Nanterre.
Lieu(x)
Université Paris Nanterre


Journée du Centenaire Zévaco

 

 

 

Le 8 août 2018 sera le centenaire de la mort de Michel Zévaco, emporté par une maladie d’estomac à Eaubonne, où il est enterré. A cette occasion, le Centre International Michel Zévaco organise une journée d’étude consacrée à l’écrivain, en collaboration avec le CSLF, l’Université Paris Nanterre et l’Université de Lleida. Cette journée vient compléter la parution, prévue pour octobre 2018, d’un hors-série de la revue Le Pardaillan, numéro-hommage qui a pour thématique l’une des dimensions les plus importantes de la vie de Zévaco, la révolte et sa mise en fiction [1].

Journaliste à la plume acérée, militant farouchement engagé, et romancier à succès, grand maître du roman de cape et d’épée, Zévaco est emblématique de la littérature de son époque. Ses romans, célébrés par Jean-Paul Sartre ou François Le Lionnais, ont fait rêver des générations, et ont été adaptés au cinéma (avec Jean Marais et Gérard Barray dans les rôles-titres) mais aussi à la radio, en bande-dessinée, ou encore en opérette. C’est dans la deuxième moitié du XXe siècle qu’il tombe dans un oubli relatif, sans doute partiellement dû à la désaffection du genre de cape et d’épée, et à la permanence de l’aura d’Alexandre Dumas.

L’un des objectifs de cette journée d’étude est donc de remettre à l’honneur ce romancier injustement oublié, et de faire le point sur son œuvre, cent ans après sa disparition. Les propositions de communication pourront porter aussi bien sur les romans et nouvelles de Michel Zévaco ou sur son activité dans la presse, que sur des thématiques biographiques, contextuelles ou théoriques (Zévaco lui-même, le milieu anarchiste et libertaire de la Belle Epoque, les modes sériels de publication, le cape et d’épée, etc). Toutes les propositions sont donc les bienvenues, quel que soit le champ disciplinaire dont elles émanent (littérature, histoire littéraire, stylistique, histoire des médias, études cinématographiques, sociologie de la réception, etc).

A titre indicatif, mais de façon bien sûr non exhaustive, voici quelques-uns des thèmes qui peuvent être explorés :

– postérité et image de l’auteur, de son vivant jusqu’à aujourd’hui (le succès auprès du lectorat, les discours tenus dans les médias et la construction d’une image d’auteur, l’oubli progressif à partir des années 1950-1960…)

– approche biographique, notamment concernant les liens de Zévaco avec les milieux anarchistes et libertaires des années 1890 (participation à des journaux, correspondance, témoignages sur ses passages en prison…)

– les rapports entre presse et littérature populaire (le passage de l’écriture journalistique à l’écriture feuilletonnesque, la question de l’engagement politique…)

– les questions de circulation médiatique, et notamment de diffusion à l’étranger (les traductions nombreuses déjà du vivant de Zévaco, la popularité toujours vivace aujourd’hui dans des pays comme le Brésil…)

– les adaptations cinématographiques et télévisées (films de Georges Hatot, Robert Vernay, Bernard Borderie, André Hunebelle et Edouard Niermans ; feuilleton de Josée Dayan)

– les adaptations non cinématographiques (opérette de Henri Varna et Vincent Scotto, bande-dessinée de Georges Vidal et Rino Ferrari…)

– études comparées avec d’autres auteurs (Alexandre Dumas et le rejet d’un modèle imposé, Arturo Pérez-Reverte et la postérité du cape et d’épée…)

– le cape et d’épée, fiction de genre à l’identité hybride (la stylistique du cape et d’épée chez Zévaco, la composante policière, scientifique ou encore fantastique des romans…)

– l’écriture de l’Histoire (la représentation d’événements fondateurs comme la St Barthélémy, le rapport au matériau historien et à la légende, les liens avec l’actualité politique comme le débat sur la séparation entre l’Eglise et l’Etat ou l’Affaire Dreyfus…)

– le rapport à la littérature canonique (intertextualité et modes de citation, réécriture de classiques comme Don Juan, représentation des mondes savants et littéraires…)

– études thématiques (les personnages féminins, le personnage et le stéréotype, magie et religion, le voyage et l’errance, la science…).

Les propositions de communication, d’une longueur de 500 à 1000 mots environ, sont à adresser à luce.roudier@gmail.com pour le 15 juin 2018 au plus tard. Si la proposition est retenue, l’auteur sera informé avant fin juin. La journée d’étude aura lieu le vendredi 23 novembre 2018 à l’Université Paris Nanterre.



Retour à la page des doctorant.e.s du CSLF

Mis à jour le 18 mai 2018