• Soutenance de thèse,

Soutenance de thèse – « “Faire concurrence à l’état civil” : poétique des noms de personnages et esthétique réaliste dans La Comédie humaine de Balzac ».

Publié le 19 février 2016 Mis à jour le 11 avril 2018

Ada Smaniotto

Date(s)

le 16 janvier 2016

9h30
Lieu(x)
Bâtiment B (Pierre Grappin)
Rez-de-chaussée

Mesdames et Messieurs les Professeurs,

Chers collègues,

Chers parents et amis,

 

J’ai l’honneur et le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat en littérature française, intitulée :


« “Faire concurrence à l’état civil” : poétique des noms de personnages et esthétique réaliste dans La Comédie humaine de Balzac ». 
 

La thèse sera présentée et soutenue publiquement le samedi 16 janvier 2016 à l’Université Université Paris Nanterre, à 9h30, en salle René Rémond (B015, RDC du bâtiment B)

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes tous chaleureusement conviés.

En attendant de vous retrouver, je vous remercie par avance de bien vouloir m’indiquer si vous souhaitez être présent à la soutenance et/ou au pot qui suivra, afin d’organiser au mieux la partie la plus agréable de ces réjouissances.
 

Résumé de la thèse

            Cette thèse a pour objectif d’étudier l’ensemble des noms de personnages de La Comédie humaine : seule la prise en compte des 1 842 noms propres révèle la poétique des noms qui caractérise les romans de Balzac. L’écrivain dresse, dans ses romans, un état civil qui copie la réalité sociale : à ce titre, il commente les bouleversements en cours du système anthroponymique français et l’analyse des noms participe à la description de la toute nouvelle société révolutionnée, entreprise par le romancier pré-sociologue. Dans le même temps, les noms sont investis de spécificités littéraires puisqu’ils sont motivés. Si la motivation des noms est revendiquée dans le péritexte et les avant-textes, elle est de plus exhibée dans les romans, car le romancier délègue au narrateur et aux personnages l’herméneutique des noms. Avec ces noms de personnages motivés, auxquels le romancier attribue des « vertus talismaniques », Balzac aspire à une langue qui ne fasse pas que copier la réalité mais qui puisse la créer.

            Cette thèse s’articule en trois temps. La première partie propose une étude quantitative du corpus, l’analyse de ses frontières (surnoms et pseudonymes) et de son organisation, en examinant la question du retour des personnages sous l’angle des noms reparaissants. La deuxième partie aborde l’état civil des personnages d’un point de vue historique et sociologique : l’histoire des anthroponymes, qui apparaît dans les textes, rend également compte de l’histoire de la famille et de l’émergence progressive du sentiment de l’individu. La troisième partie étudie la poétique des noms de personnages : si les dossiers génétiques en livrent une première image, c’est dans les romans que Balzac expose l’imaginaire magique du nom, au cœur de sa pensée de la création.


Mis à jour le 11 avril 2018