PHisTeM - Manifestations





Appels à communication



                                                                                                                       

Programme des séminaires 2017-2018

PHisTeM (CSLF, EA 1586)–LPCM

« Les cultures de l’imagination »

 

Ce séminaire prend la suite de celui que nous avons animé au PHisTeM les deux années précédentes, sur la thématique « fiction, croyance, médias » et qui nous a permis de confronter les théories de la fiction et d’élaborer nos propres outils heuristiques, à la croisée de la poétique historique, de l’anthropologie culturelle et des cultural studies. Les cultures de l’imaginaire désignent aujourd’hui un ensemble de pratiques qui, avec ou sans artefacts techniques, mettent en jeu les compétences ludiques et fictionnelles : jeux de rôles ou de société, jeux vidéo, jeux de simulation. Mais l’imagination englobe, bien plus largement, toutes les pratiques culturelles ou intellectuelles où la faculté imaginative de l’esprit est mise en œuvre : les jeux bien sûr, mais aussi les religions, les arts et la littérature, la pensée spéculative, et toute activité pratique ou technique où l’esprit, même canalisé par des consignes ou des contraintes précises, doit encore s’ingénier à les adapter en fonction de conditions d’application toujours singulières et inattendues.

La visée du séminaire est donc de rendre à l’imagination l’immense territoire qu’on lui a progressivement contesté, parce que l’imagination, longtemps annexée au vocabulaire et à la problématique de la psychologie ancienne des facultés de l’entendement, paraissait une notion obsolète. Elle a donc été concurrencée et en grande partie remplacée par le concept de fiction, qui semblait permettre une description plus concrète et plus précise des mécanismes formels, des productions culturelles et des effets de réception. Mais, au moment même où les sciences cognitives ont profondément renouvelé l’approche des réalités psychiques, la fiction nous paraît à la fois plus restrictive et ambiguë dans ses usages. De fait, elle tend à confondre l’imaginaire avec la narrativité ou le jeu, qui impliquent tous deux une structure ou des règles précises : elle interdit donc de prendre en compte tout ce que l’imagination garde de fondamentalement informe, dans sa participation à l’intuition, aux mécanismes de l’invention intellectuelle ou esthétique, à l’activité onirique ou libidinale de l’esprit.

Concrètement, notre objet d’analyse ne sera pas l’imagination au général (car il va de soi que toute activité humaine implique une participation de l’imagination, qui permet à l’individu de s’adapter et de réagir à un environnement par nature imprévisible), mais seulement les pratiques, individuelles ou collectives, où les plaisirs de l’imagination sont recherchés pour eux-mêmes (notamment dans les sphères ludique, littéraire, artistique ou médiatique). Ce sont elles que désigne ici, de façon restrictive, l’intitulé « les cultures de l’imagination ».

Programme


                                                                                                                       

Conférences 2016-2017

                                                                                                                       
Programme des séminaires 2016-2017
 
A) PHisTeM (CSLF, EA 1586)–LPCM (Coordination : Anne Besson, Matthieu Letourneux, Agathe Novak-Lechevalier et Alain Vaillant)

Fiction, média, croyance

En 2015-2016, le séminaire général de l’équipe PHisTeM (« Poétique historique des textes modernes ») portait sur « Fiction et croyance », et le séminaire que le PHisTeM co-organisait avec la LPCM (association « Littératures populaires et culture médiatique ») sur les « Fictions médiatiques » (http://lpcm.hypotheses.org/9771 ). Les deux séminaires ont décidé cette année d’articuler plus étroitement leurs deux perspectives sous l’intitulé « Fiction, média, croyance ».

• Le séminaire général, dont les séances se tiendront les 21/10, 24/2 et 21/4 et seront animées par Matthieu Letourneux, Agathe Novak-Lechevalier et Alain Vaillant, continuera à explorer la puissance paradoxale d’empathie que suscitent les fictions de la littérature, du cinéma ou de la culture médiatique. Pourquoi et comment des pratiques culturelles produisent-elles des effets émotionnels aussi intenses, alors qu’elles ne semblent pas relever du régime de la croyance ordinaire ? Que nous apprennent-elles sur les mécanismes de l’imagination ? Qu’impliquent-elles pour l’interprétation des productions artistiques ou littéraires ? Y a-t-il une spécificité de la lecture et de la littérature ? L’ensemble de ces questions continuera à être abordé dans une perspective résolument pluridisciplinaire, mobilisant l’anthropologie, la philosophie et les sciences cognitives, la sociologie et l’histoire culturelles, les arts du spectacle, la poétique historique et la théorie littéraire.

• Le séminaire PHisTeM-LPCM, dont les séances se tiendront les 25/11, 10/2 et 9/6 et seront animées par Anne Besson et Matthieu Letourneux, examinera plus spécifiquement comment le support et ses modalités de diffusion influent sur les régimes de croyance suscités ou sollicités par les fictions.

Les codes de vraisemblance et les protocoles d’immersion varient en fonction du médium, et évoluent dans l’histoire en même temps que se forme une culture spécifique du consommateur : on se rappelle par exemple la force de conviction des premiers films de cinéma, ou leur lien direct à la magie. Aujourd’hui ce sont les usages possibles de la « réalité virtuelle » qui imposent de réarticuler ces questionnements. Le développement d’univers et de récits transmédiatiques, dont le contenu est sciemment éparpillé (« spread ») afin de se prêter à une appropriation optimale, ou encore l’intérêt polymorphe pour les « possibles » de la fiction, révélateur d’une tension (fructueuse) entre désir et foi, fanon et canon problématisent ces rapports.

Programme du Séminaire général :


Programme du Séminaire PHisTeM-LPCM :

B) Programme CSLF/HAR/ED 395 – Labex « Les passés dans le présent » (animé par Ségolène Le Men et Alain Vaillant)

HIRIM – Histoire du rire moderne (19e-21e siècles) : traditions comiques et culture multi-médiale.

Commencé en 2015, le séminaire s’inscrit dans un programme pluriannuel (2015-2018) du Labex « Les passés dans le présent ». Sa perspective est résolument pluridisciplinaire. Il part d’une histoire de la littérature du rire et de la caricature, en relation avec l’émergence de la presse moderne et de la culture médiatique. Il confronte l’évolution artistique du comique avec celle des pratiques culturelles, sociales et politiques. Il suit ses transformations dans l’univers du spectacle (le théâtre, mais aussi le music-hall et le cirque), puis à l’ère de la photographie et du cinéma. Il repère ses interférences avec la culture sérielle et massifiée de la fin du 19e et des 20e-21e siècles. Il s’interroge sur les ruptures ou, au contraire, les permanences de l’art du rire dans les productions des médias numériques contemporains.

Programme du Séminaire HIRIM :






[Pour tout renseignement, écrire à alaingp.vaillant@gmail.com 

Mis à jour le 10 octobre 2017