Poétique et métrique (XIIe-XVIIIe siècle) : Quand le son fait sens

Mené par Isabelle Fabre (Equipe Renaissances) et Guillaume Peureux (Equipe LCR), ce projet engage une réflexion collective sur la versification française, de ses origines médiévales jusqu’aux efforts de fixation à l’âge classique, en prenant pour point de départ le poème comme phénomène sonore, comme étant destiné à être lu à haute voix. Sans envisager de faire une histoire de la versification dans son rapport au matériau sonore, il s’agit de contribuer à la description et à la compréhension des manières de s’approprier le système métrique français en cours de fixation, des usages qui en sont faits entre le xiie et le xviiie siècle.

Il s’agit donc moins de confronter les formes et les modèles que d’interroger les effets d’audition et la manière dont ils produisent le sens ou au contraire le brouillent, voire le contrarient, quand ils ne s’emploient pas à le rendre plus dense en usant de techniques de saturation fondées sur la recherche d’équivoques, notion qu’il conviendra de redéfinir elle aussi.

Il s’agit aussi de réfléchir à la question de la prosodie et du rythme propre au mètre, dans la variété de ses usages vocaux, entre lyrique chantée et « murmure » de la lecture, voire déclamation théâtrale. Qu’est-ce que la cadence du vers pour une oreille médiévale, renaissante ou classique ? Peut-on parler d’une unique scansion propre aux différents modules métriques, et comment se définirait-elle ? Y a-t-il dans l’essence du vers des combinatoires syllabiques ou syntagmatiques qui participent de son appréhension auditive ?

L’équipe privilégie la pluralité des approches méthodologiques en abordant les corpus les plus variés, depuis le xiie jusqu’à la fin du xviiie siècle. Les séances bi-semestrielles (calendrier en cours d’élaboration) sont conçues comme des ateliers de travail autour d’une notion ou d’un texte/groupe de textes proposé à l’avance par un-e ou deux intervenant-e-s. Une journée d’étude annuelle permettra de confronter les approches et de ressaisir les différents objets en diachronie tout en élargissant la réflexion à une synchronicité théorique.


Mis à jour le 07 juillet 2021